• Mon stage chez agnès b.

    Hier, j’ai rendu un premier jet de mon rapport de stage, je suis donc en vacances et j’ai le temps de vous parler du stage que j’ai fait chez agnès b. (attention, la marque a été déposée comme ça, sans majuscule, ce n’est pas une faute de frappe !)

    Je crois que ce stage est à égalité avec celui que j’ai fait chez Bleu Tango ! En même temps, on ne pas vraiment les comparer ! Même si j’ai trouvé que ces deux marques se ressemblaient par leurs valeurs, leur éthique et leur façon de faire, elles sont très différentes niveau structure ! En effet, agnès b. est une très grosse entreprise, même si elle est familiale, et Bleu Tango est une petite société, dans laquelle j’ai eu à faire directement à la créatrice. D’ailleurs, j’ai remarqué qu’Agnès avait commencé comme Lou l’a fait ! Et par toutes ces ressemblances, je souhaite à Lou autant de succès qu’Agnès en a ! Surtout que Bleu Tango fait un bon petit bonhomme de chemin ! 
    Chez agnès b. donc, j’étais à l’atelier de conception, entourée de modélistes et de mécaniciennes modèle confirmées et toutes plus gentilles les unes que les autres ! Oui, il n’y a presque que des filles ! Le seul homme permanent* est le chef d’atelier !
    *Chez agnès b., et dans toutes les grandes entreprises,  des intérimaires sont engagés en périodes de collection.

    Je vais partager cet article en 3 parties. Je vous parlerais d’abord d’Agnès Troublé, la créatrice, son parcours et ses intentions sont à connaître, surtout pour ceux pour qui l’éthique est importante. Puis je vous parlerais de la marque en général, car l’entreprise ne fait pas que des vêtements et des produits de beauté ! Vous allez être étonnés !! Et enfin, je ferais un petit résumé de tout ce que j’ai pu et eu la chance de faire, au sein de l’atelier et de l’entreprise (car je ne suis pas restée qu’à l’atelier !).
    Pour ce qui est des produits que j’ai réalisé (3 quand même !), je vous ferais un article un par un car j’ai aussi beaucoup de choses à vous dire dessus !
    Pour ce qui est des photos, je ne peux vous mettre que celles du hall d’entrée et des boutiques, j’espère que vous comprendrez !

     

    Je ne fais pas cet article sous la contrainte, tout ce que j’écris dans cet article est fait de mes propres mots, de mon propre chef et c’est vraiment ce que je pense !!

     Agnès Troublé, hyperactive et autodidacte femme de plus de 70 ans, est née en 1941 à Versailles, dans une famille qui lui a transmis son goût pour l’art. Elle suit des cours de dessins à l’Ecole des  Beaux Arts de Versailles, passe son baccalauréat et se marie à l’éditeur Christian Bourgeois, dont elle gardera l’initiale qui deviendra sa signature de styliste : agnès b. Elle travaille pour le magazine ELLE et pour Dorothée Bis avant de devenir styliste free-lance et de déposer sa marque en 1973, puis elle créé sa société et la baptise agnès b.-CMC (Comptoir Mondial de la Création) dans un esprit plutôt bohème que commercial. Elle ouvre sa première boutique en 1975 au 3 rue du Jour, dans le quartier des Halles, alors en pleine rénovation. C’est un lieu d’expression et de rencontres où l’ont peut s’assoir pour discuter, écouter de la musique …
    On y trouve des vêtements de travail, des modèles éternels, comme la salopette, réinterprétés, teints et assemblés à sa manière. Elle y crée ses tee-shirts rayés et son fameux cardigan pression.


                                                     Le cardigan pression et Agnès Troublé dans sa boutique rue du Jour en 1976

    Le nom d’agnès b. se répand alors par le bouche-à-oreilles et la société se développe rapidement, très rapidement. 1980 : New York, 1981 : lignes homme et enfant,1984 : le Japon, 1987 : l’Angleterre, 1995 : Honk Kong, 2001 : Taïwan. Elle signe même en 2001 la petite voiture urbaine Smart ! Il y a carrément une sorte de centre commercial agnès b. en Chine, avec pâtisseries, café, fleuriste, le tout signé agnès b. Elle ouvre la galerie du Jour en 1984 et lance un périodique, le Point d’Ironie en 1997. La même année, elle créé sa propre société de production de cinéma et au siège social, un studio de musique est aménagé pour les jeunes musiciens !! Elle a reçu plusieurs distinction, comme la Légion d’Honneur et s’investit dans des associations telle que Solidarité Sida. Elle créé aussi la fondation « Agnès Troublé dite agnès b. ». Et en plus, depuis le début, elle dessine elle-même chaque année deux collections femmes, hommes et enfants. Elle fait fabriquer la majorité de ses produits en France et choisit ses fournisseurs sur des critères qualitatifs et sociaux. Et le saviez-vous ? Chez agnès b., on ne fait pas de publicité !! Cette femme est juste incroyable !! Bien sur, elle n’a pas tout fait toute seule, mais elle a eu le talent de très bien s’entourer, de personnes ayant autant de talent qu’elle. Il faut aussi savoir qu’Agnès ne regarde pas les tendances : c’est elle qui les inspire !!


                                                               Boutique rue de Marseille

    La marque agnès b. est reconnue pour sa mode intemporelle, pour ses modèles incontournables reconduits de saison en saison. Mais c’est aussi des collections temporaires qui changent au rythme des saisons. Agnès a su se réapproprier les basiques et les rendre tendances tout en gardant leur sobriété. La société agnès b. est un groupe familial et international, mettant en valeur le savoir-faire français et utilisant des matières nobles et résistantes.
    « J’ai envie de faire des vêtements que l’on gardera toute une vie. » agnès b.
    Chez agnès b. on a des principes. Et les deux principaux sont les suivants : l’absence de publicité et le Fabriqué en France.
    Agnès b. aime dire « nous n’avons jamais fait de publicité ». En effet, on n’a jamais vu d’affiches dans le métro ou d’encarts dans les magazines. L’entreprise se base sur le bouche-à-oreilles ainsi que sur le concours des attachés de presse. La communication de l’entreprise passe aussi par le biais d’évènements ciblés pour sa clientèle. Elle se base aussi sur ses différents logos : le lézard, le cœur, le point d’ironie et le b.

    Le Fabriqué en  France est une valeur chère à agnès b. C’est un savoir-faire qu’elle contribue à maintenir depuis la création de la marque. Plus de 40% de la production de chaque collection est Fabriqué en France. A l’heure actuelle, il n’est pas possible de fabriquer 100% de la production dans l’Hexagone. Certains fournisseurs ou façonniers, auxquels agnés b. reste plus que jamais fidèle, ont été contraint de transférer tout ou partie de leur outil de production à l’étranger. D’autres ont malheureusement complètement disparu, obligeant l’entreprise à se tourner vers des pays réputés dans des domaines spécifiques.

     

    J'ai fais une multitude de chose à l'atelier. Je vais d’abord vous dire ce que j’ai fait en dehors de l’atelier ! Déjà, j’ai eu la chance d’être invitée à l’inauguration de l’exposition « Un regard sur la collection d’agnès b. » au LAM de Lille ! (oui, parce qu’en plus d’avoir fait tout ce qu’elle a fait, elle collectionne aussi les œuvres d’arts moderne et d’art brut !!). On est tous partis en car et nous avons retrouvé la patronne, en très belle robe jaune là-bas. Elle nous a fait un petit discours et a laissé le directeur du musée nous faire une visite guidée, tout en nous rejoignant de temps à autre. J’ai vraiment apprécié l’expo !



    Je suis allée au stock, là où il y a tous les vêtements qui attendent d’être distribués et les tissus ! J’ai fait ce qu’on fait vraiment là-bas : vérifier les cartons, faire des échantillons de tissu …
    Je suis aussi allée au service presse, préparer le défilé homme.
    A l’atelier, j’ai travaillé en premier sur un bustier pour une danseuse, sur mesure donc ! Je suis partie d’une base de l’entreprise, que j’ai modifiée puis, j’ai monté une toile. Elle a été essayée, j’ai fait les retouches sur le patron et je l’ai monté en vrai tissu ! Je n’en avais jamais fait, et je suis assez contente de moi !
    Ensuite, j’ai travaillé sur mon étude  de cas pour l’épreuve du BTS : la combinaison et ses adaptations aux différentes morphologies ! J’ai vraiment apprécié de travailler là-dessus ! Puis j’ai fait une robe et un trench. J’ai vraiment fait beaucoup de choses !! Et à chaque fois, j’ai travaillé par moulage, la chose que j’aime le plus dans ma formation ! J’ai travaillé à la façon de l’entreprise et j’ai été beaucoup aidée par mes maîtres de stage ! Je ne vous en dis pas plus, je vous raconterais tout ça dans les articles dédiés !


                                                                                                         Boutique rue de Marseille

    Pour terminer, vous vous posez peut-être une question : comment j’ai fais pour rentrer dans l’entreprise ??! En fait, c’est tout simple : lors de mon oral de FCIL, l'année dernière, une des modéliste était présente et m’a proposé de venir en stage chez agnès b. ! Et d’ailleurs, je l’en remercie vivement, ainsi que toutes les personnes que j’ai côtoyées et qui m’ont chaleureusement accueillies (et supportée, parce que je pose beaucoup de questions !!). Et vraiment, c'est vraiment agréable de travailler avec des gens qui disent ce qu'ils pensent de mon travail, autant quand c'est mal fait que quand c'est bien fait !

    Si vous êtes arrivés là, c’est que vous avez tout lu, bravo !! Je suis vraiment heureuse d’avoir partagé ça avec vous, car pour la plupart, vous avez été là quand je n’étais pas à ma place en architecture. Et maintenant, je suis vraiment dans ce qui me plait et ce stage m’a conforté dans mes choix !
    Si vous avez des questions, n’hésitez pas !!


    Les boutiques sont de vrais écrins de douceur (ici rue de Marseille)

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    lou
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 14:03

    Whooo il a l'air d'avoir été super ce stage !!! Merci Marine pour le compliment!

    2
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 14:37

    Oui, en effet !! Derien ! Aprés les vacances, je viendrais te voir à la boutique !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :