• L'expérience robe de mariée

    Bonjour tout le monde !

    Voici un article très spécial pour moi et très  attendu : la création, de A à Z, d'une robe de mariée !

    Cette robe de mariée n'est pas pour moi (avant d'avoir la question), mais pour une personne qui m'est devenue très  chère grâce à cette expérience ! Pour la petite histoire, elle m'a contactée sur Instagram sans se rendre compte qu'on avait une connaissance en commun !

    Pour des raisons d'anonymat, la mariée ne souhaite pas divulguer son prénom, elle sera donc dénommée F tout au long de l'article.

    F m'a donc contactée au mois d'octobre 2018 pour sa robe de mariée. Elle avait déjà réagi a mes stories et mes publications, mais cette fois elle avait une demande toute particulière : est-ce que j'accepterais de concevoir sa robe de mariée ?
    Je vous avoue que j'ai beaucoup hésité, je venais de rentrer en licence Sciences de l'Education, directement en troisième année, en pleine reconversion professionnelle... Mais je voulais me mettre au défi et j'avais besoin d'un peu de sous (faut le dire quand même). Donc j'ai accepté !

    En premier, nous avons pris rendez-vous dans une boutique de robes de mariée pour voir ce qu'elle voulait et ce qui lui allait. Elle en avait repéré une, mais elle avait des manches courtes alors que F voulait des manches longues.

    J'avoue que jusqu'au rendez-vous où on a tout mis les choses au clair, je pensais que F allait acheter la robe qu'on avait vue ! Mais tout s'est accéléré au fameux rendez-vous, où l'on a parlé de ce qu'elle voulait !
    F voyait sa robe vaporeuse, légère et fluide, un peu bohème, et surtout, elle voulait qu'elle lui ressemble : simple, facile à vivre et joyeuse ! La robe qu'elle avait essayée correspondait donc, à part pour les manches. La robe aurait donc un décolleté en V, délimité par un galon en dentelle, un dos plongeant en V aussi, mais pas trop pour lui permettre de mettre un soutien-gorge, avec une rangée de boutons nacrés, une jupe fluide en tulle avec une traine et des manches 3/4 sans doublure, se terminant par le bord festonné de la dentelle. Le haut serait donc tout en dentelle, doublée pour le buste, le bas en tulle fluide, mais avec un jupon dessous, pour éviter que le tulle ne reste coincé entre les jambes. Ah et un voile aussi, bordé du même galon que l'encolure.

    J'avais du boulot ! Et il me semble que l'on était fin novembre, début décembre, le mariage ayant lieu en avril, j'avais peu de temps !

    J'ai commencé les toiles et, en parallèle, nous sommes allées au Marché Saint-Pierre pour trouver de la dentelle. F la voulait en coton, comme sur celle qu'elle avait essayé à la boutique, mais nous n'avons pas trouvé. J'étais un peu en panique, alors je suis allée voir mon ancienne maître de stage pour avoir des conseils. Elle m'a dit alors qu'elle pouvait m'accompagner chez un professionnel des dentelles, tout en me disant qu'elle me l'avait déjà proposé ! J'avais complètement oublié que je lui avais déjà parlé du projet robe de mariée !
    Une fois la dentelle trouvée, une magnifique dentelle graphique mais pas trop, limite arachnéenne, nous nous sommes jetées à corps perdu dans la recherche des matières. La robe comprend donc une dentelle composée à majorité de coton, une doublure en acétate, un tulle de polyester fluide et un moins fluide, plus un bien rigide et du lycra pour le jupon. En tout, pour la partie jupe, il y avait 3 couches de tulles et 2 couches de doublure en plus du jupon !
    Je suis partie d'un modèle de robe encolure en V de chez Burda que j'ai laaargement adapté. Il nous a fallu pas moins de 3 toiles pour trouver le bon fit ! J'ai dû  commencer la couture à proprement parler fin janvier. A partir de ce moment-là, j'ai su que je ne pouvais plus reculer mais en même je me disais que c'était bientôt fini !
    Mais catastrophe, nous n'avions toujours pas trouvé LE galon ! Ni une, ni deux, j'ai pris les d evants et commandé des échantillons sur mes sites préférés et nous avons choisi ! Dans un premier temps, j'en ai commandé 5 mètres, mais ce n'était pas assez, et au moment de recomma nder, je me suis trompée de couleur ! Un petit mail plus tard, l'erreur était réparée !
    Nous avons aussi misé sur les petits détails : fermeture à glissière invisible ET petits boutons, ruban qui maintien les bretelles de soutien-gorge et petite bride pour maintenir la traine quand elle dansera !

    J'en ai eu des coups  de chaud avec cette robe ! Ma machine aussi, mais finalement tout s'est bien passé et je n'ai pas dérogé à la règle de glisser un de mes cheveux dans l'ourlet de la robe pour porter chance à la mariée !

    A l'essayage final, j'étais soulagée ! Soulagée de laisser le bébé à F ! Même si deux jours plus tard, elle m'envoie un message en me demandant une retouche de dernière minute, à deux semaines du mariage ! Heureusement qu'elle n'habite pas très  loin de chez moi !

    Le courant est tout de suite passé avec F, qui est une personne adorable et joyeuse ! J'avais peur du cliché de la mariée à prendre avec des pincettes, alors nous avons tout de suite mis en place un "pacte d'honnêteté" : chacune dit ce qu'elle pense et l'autre s'engage à ne pas le prendre mal. Et je pense que c'est grâce à ça que tout s'est bien passé ! Je m'attendais à ce qu'elle soit stressée, mais je ne l'ai pas trouvée plus stressée que ça !
    Ça été un plaisir de travailler avec F, et je pense que j'ai gagné un tata de cœur !

    Mais, (parce qu'il y a un mais) même si j'ai adoré réaliser ce travail pour F, et que j'en suis plutôt fière, je ne veux plus jamais recommencer !!! Même pour moi ! J'ai acquis des techniques et un boost de confiance en mes capacités, mais je préfère de loin réaliser des vêtements  du quotidien ! Donc maintenant, à la question : "tu peux me faire ma robe de mariée ?", ce sera un NON franc et massif ! Des conseils à l'essayage à la rigueur, mais la réalisation, ce sera non !
    Voilà mon expérience, qui, malgré cette conclusion, a été positive, car si je ne l'avais pas vécue, je ne saurais toujours pas si c'est fait pour moi ou pas !

    Dentelle : Solstiss
    Doublure acétate : tissus Reine
    Tulles fluides : tissus Reine
    Tulle rigide : Dreyfus / Marché Saint Pierre
    Lycra : Dreyfus / Marché Saint Pierre
    Galon de dentelle : tissus.net
    Boutons : Mercerie de Saint-Pierre

    Les photos sont de Marianna Molinari et Sergio Bruno.

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Septembre à 15:22

    Quelle aventure ! le rêve de toute couturière je crois ....

    En tout cas, la mariée est bien mise en valeur et ta robe tombe très bien !

      • Samedi 14 Septembre à 13:01

        Ce n'était pas mon rêve haha ! Mais j'ai voulu le faire pour en avoir le coeur net, et ce n'est en effet pas mon rêve !

        Merci beaucoup !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :